page suivante page précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 En aquarelle, on peut effectivement repasser plusieurs tons, mais il faut savoir que l'on perd d'autant plus en transparence . Certains aquarellistes banissent systématiquement les couches supperposées, d'autres, non. On emploie le mot de glacis pour ces opérations ou mieux, le terme de " jus ". Le terme de glacis est plutôt réservé pour la technique de la peinture à l'huile. Mais quoiqu'il en soit, un glacis n'est fait que pour modifier une teinte par une autre , un effet d'optique en quelque sorte ; jamais pour corriger. Le repentir est banni en aquarelle. La reprise ou retouche est impossible.
Cliquez sur l'image pour agrandir
A chaque fois que l'on repasse, on perd en transparence
Voici un exemple dans lequel il n'y a aucune retouche ou repentir. Les blancs en réserve , sont les blancs du papier.
Cliquez sur l'image pour agrandir
Les blancs sont les réserves sur le papier Carnac, anse du Pô. M. Le Rol. Aquarelle 24 x 16. Collection privée
Un aquarelliste qui se tiendrait rigoureusement aux principes que nous sommes en train d'exposer, aboutirait nécessairement, avec de la patience, à des oeuvres dignes de ce nom et de très haute qualité. Il faut très peu de temps pour faire une aquarelle. C'est une question de minutes. Mais il faut de longues années pour y parvenir. C'est un peu paradoxal. Ne dit-on pas que le plus difficile en art, "ce sont les 70 premières années" ?
Cliquez sur l'image pour agrandir
Le principe
L'aquarelle est prenante et veut sans complaisance Qu'un peintre s'accommode à son impatience. La traite à sa manière, et, d'un travail soudain, Saisisse le moment qu'elle donne à sa main. La sévère rigueur de ce moment qui passe, aux errueurs d'un pinceau ne fait aucune grâce. Avec elle il n'est point de retour à tenter. Et tout au premier coup se doit exécuter. Molière (Gloire du Val de Grâce, 1669)
Tous les petits "trucs" que l'on lit dans les manuels, tels les grattages, les gommes réserves, ainsi que les multiples petites astuces ne seront toujours qu'un plus pour enrichir. Mais ils ne constiterons jamais l'essentiel de la technique, décrite ici. Aucune oeuvre de maître ne fait appel à ces trucages. Elles sont toutes et toujours exécutées uniquement d'après les principes exposés ici. S'il fallait résumer la technique de l'aquarelle en une phrase, ce serait celle-ci : L'eau doit se trouver soit dans un gros pinceau, soit sur le papier. En effet, une aquarelle doit toujours donner l'impression d'humidité, comme-ci elle n'était pas encore séchée. On doit donc éviter les sécheresses et les maigreurs dans " les jus " et les touches. Premier principe : Le papier est sec mais l'eau se trouve en abondance dans le pinceau, gorgé au maximum. C'est le " mouillé sur sec " : On constate, avec ce principe, la présence de cernes autour des touches de couleur. C'est essentiellement la technique du XIXè siècle.
Mouillé sur sec, il y a des cernes caractéristiques
Page n° 2
Page n° 2
Michel Le Rol
De La
Nature
Accueil Présentation Présentation 1 Présentation 2 présentation 3 Galeries du site Aquarelles Salle 1 Salle 2 Salle 3 Salle 4 Salle 5 Gouaches aquar. Salle 1 Salle 2 Salle 3 Gouaches Salle 1 Salle 2 Huiles s / papier Salle 1 Salle 2 Huiles s / pan. Salle 1 Salle 2 Salle 3 Huiles s / toile Salle 1 Salle 2 Salle 3 Dessins Salle 1 Pastels Salle 1 Contact contact nous joinde localité liens Acquisitions Réservation Partenaires Initiation Orientation Les matériaux Le dessin page 1 page 2 Le pastel page 1 page 2 page 3 Les encres page 1 page 2 Le Lavis page 1 page 2 page 3 page 4 page 5 L'aquarelle page 1 page 2 page 3 page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 12 la gouache La gouache aquarel L'huile Les matériaux mod. La lumière PrincipesLumières